La Prise de Parole en Public : Prenez la parole avec vos muscles !

Nous parlons avec nos muscles. Pas avec notre esprit. Amen !

Les sons qui sortent de notre cavité buccale sont le résultat de l’action de la langue, des muscles des lèvres, de la joue, des muscles maxillaires et de l’air inspiré et expiré par l’action de notre cage thoracique.

« C’est bien, avec vous, je me souviens que j’ai un corps. »

Récemment, lors d’une session de formation pour des orateurs confirmés, j’ai amené une participante à prendre conscience de sa respiration et de sa cage thoracique qui était en mouvement.

Fascinant, non ?

Nous sommes des êtres humains qui avons tellement misé sur notre intelligence, que nous en oublions que nous avons besoin d’un corps pour vivre notre vie terrestre.

Le corps, on ne s’y intéresse pas.

Ou du moins, on ne s’y intéresse que lorsqu’il s’agit à proprement parler d’activités physiques : sport, rapports sexuels, admiration de soi dans la glace ou surveillance de tout excès de surpoids éventuel ou de ride non prévue.

En revanche, pour le quotidien, pour la vie de tous les jours c’est comme si nous allions au travail, en réunion, à une soirée entre amis uniquement avec notre esprit.

Le corps nous est acquis.

Pour cette raison, nous sommes tout le temps dans notre tête et rarement conscient de notre présence physique au monde.

La prise de parole en public semble ne pas échapper à ce constat puisque très peu d’orateurs savent utiliser correctement leurs muscles faciaux pour intensifier ou adoucir leur diction, ni leurs muscles dorsaux, pour asseoir leur posture et traverser physiquement l’exercice oratoire ou d’éloquence qui les attend.

Nos muscles, profonds ou périphériques, font partie de notre prise de parole.

« Très bien, mais quel est l’intérêt de tout cela ? » pourriez-vous dire.

L’intérêt est de pouvoir s’avancer face à une audience et ne pas vivre l’expérience de prise de parole uniquement avec ses pensées.

La fait de se connecter à son corps permet d’installer sa présence sur scène.

Cela permet de mieux canaliser son énergie et de ne pas s’épuiser mentalement. Si l’on sait mobiliser son organisme notamment les muscles profonds, proches des os, l’exercice de prise de parole sera bien plus naturel, et bien moins dans le passage en force.

Si l’on se connecte aux muscles dorsaux et intra-costaux, le corps jouera son rôle naturellement, de manière inconsciente au moment où l’on aura besoin d’un surplus d’oxygène.

Nous n’aurons pas à y penser consciemment car le corps aura acquis sa propre autonomie.

A condition de la lui donner.

Woman photo created by prostooleh – www.freepik.com

Le squelette nous donne la rigidité pour porter notre organisme. Les muscles nous donnent la souplesse pour déplacer le squelette. Les organes et le système sanguin permettent de faire circuler la vie. La chair et l’épiderme servent de capteurs et permettent d’être en interaction avec l’extérieur, au travers notamment des ressentis. Au final, le cerveau sert de chef d’orchestre pour que nous puissions exister pleinement dans le monde.

Tant que nous ne sommes pas connectés à toutes composantes, nous nous amputons nous-mêmes de la plus grande partie de notre essence.

Se connecter à son corps est donc une manière de reprendre conscience de notre unité d’être humain et de pas traverser la vie uniquement avec des projections mentales.

Utiliser cette unité pour de la prise de parole en public permet de véhiculer un message cohérent et unifié tant au niveau physique, émotionnel que mental.

C’est pour cela que, dans le cadre de ma pratique de la scène, j’ai décidé de mélanger l’art du discours, le théâtre et l’expression corporelle.

Et au final, je m’estime très chanceux, puisque cela me sert pour tous les aspects de ma vie.

Recevoir les billets chez moi

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.