Collectif

Télécharger la plaquette

Lors de mon premier entretien d’embauche, la personne m’a accueillie dans son bureau en me disant « Ah Boghossian. Vous savez comment je les appelle moi les arméniens ? Les Gnans-Gnans ».

Ce jour-là, j’ai compris que l’on pouvait tous être l’exclu de quelqu’un.

Ma tante, la soeur de mon père était handicapée psycho-moteur. Un problème à la naissance lié aux forceps. Elle m’aimait plus que tout. Et je n’arrivais pas à la regarder dans les yeux, mal à l’aise face à son handicap. Quand un adulte de plus de 30 ans prétendument valide, n’arrive pas à regarder sa tante dans les yeux, finalement, qui est l’handicapé ?

Deuxième constat : on est tous l’handicapé de quelqu’un.

Nous excluons tout le temps. Nous étiquetons. La patience, l’empathie, la compréhension ont du mal à survivre dans ce monde hyper-rapide, ce monde de la performance, ce monde du développement personnel exclusif.

Oui, nous sommes censés prendre soin de nous-mêmes ! Mais pour prendre soin de nous tous !

Nous prétendons chercher le collectif, mais uniquement le collectif fantasmé, idéalisé, celui qui nous fait nous sentir bien avec nous-mêmes. La preuve : nous fuyons la contradiction. Nous préférons la polarisation, le tout-ou-rien, terreau du jugement immédiat : pouce bleu numérisé vers le haut ou vers le bas, tel un César moderne, je juge, je classe, je dégage. Derrière mon téléphone, je n’ai même pas à te voir pour te « canceller ».

Ou est passée la culture du doute ? L’acceptation de l’altérité ? Pourquoi avons-nous peur de voir derrière l’étiquette que nous collons sur les gens ? Pourquoi sommes-nous devenus des consommateurs de relations ?

Avec une analyse sans détours et sans faux-semblants, cette conférence, chargée d’humour et d’émotion invite au rassemblement des individus au-delà de nos différences, de nos faiblesses ou de nos peurs et au travers de notre humanité.